Micropolluants organiques et artificiels

Home Services Analyse des contaminants (AF) Micropolluants organiques et artificiels

Les micropolluants organiques artificiels

Le terme « micropolluants » regroupe des petites molécules organiques synthétiques généralement à très faible concentration. Généralement les molécules les plus toxiques en particulier sur le long terme (développements cancéreux) intègrent des cycles aromatiques ou des cycles avec atome d’azote.

Pesticides et produits phytosanitaires

Ces produits sont surtout utilisés en agriculture dans la lutte contre les ennemis des végétaux (herbicides, insecticides, fongicides, algicides…). Certains s’hydrolysent assez rapidement, mais d’autres sont particuliè­rement résistants et s’accumulent dans la chaîne alimentaire. Les pesticides les plus fréquemment rencon­trés dans les pays agricoles appartiennent aux familles des triazines (atrazine, simazine, terbutylazine…) et des phénylurées (isoproturon, diuron…). Certains de ces produits sont toxiques et d’autres sont mutagènes ou cancérigènes.

Solvants chlorés

De nombreuses eaux profondes ont été contaminées par ces substances : rejets industriels, injection en puits perdus, lixiviats de décharge. Ces substances sont plus ou moins cancérigènes ou mutagènes et il importe de les éliminer.

Phénols et dérivés

Les phénols et leurs dérivés sont l’indice d’une pollution industrielle. Leur nuisance la plus marquante est le goût de chlorophénol qui apparaît dans l’eau en présence de chlore et ceci pour des teneurs extrêmement faibles.

Hydrocarbures

Les hydrocarbures susceptibles de polluer les eaux de surface ou les eaux souterraines proviennent prin­cipalement des rejets de produits pétroliers, d’huiles de vidange, d’effluents de différentes industries. Les hydrocarbures aromatiques sont particulièrement solubles.

Leur biodégradabilité est lente. En cas de pollution accidentelle, leur présence est de durée limitée à la prise d’eau d’une station en rivière alors qu’elle peut être très longue dans une eau souterraine (quelquefois plusieurs années en raison du pouvoir de rétention du sol). C’est la raison pour laquelle les ressources en eaux souterraines doivent être sévèrement protégées contre les risques de contamination par les hydrocar­bures.

Hydrocarbures aromatiques polycycliques aromatiques (HAP)

Certaines de ces substances sont hautement cancérigènes et il importe de les éliminer parfaitement. le benzo(a)pyrène, le benzo(b)fluoranthène, le benzo(k)fluoranthène, le benzo(g,h,i)pérylène et l’indeno(1,2,3-Cd) pyrène,

Il convient par ailleurs de rester vigilant par rapport à une possible diffusion de HAP dans l’eau du réseau par des canalisa­tions ou réservoirs anciens revêtus de brais de houille.

Polychlorobiphényls (PCB)

Ces produits ont été développés jusqu’au milieu des années 1970 pour différents usages : plastifiants, sol­vants, lubrifiants, fluides hydrauliques caloporteurs. Ils ont en particulier été utilisés dans la fabrication de transformateurs et condensateurs.

Leurs concentrations dans les eaux sont généralement très faibles, mais ils sont parfois détectés suite à des acci­dents ou manipulations d’anciens transformateurs.

Par combustion ou pyrolyse, ils peuvent donner naissance à des produits suspectés d’être très toxiques : les polychloro-dibenzofurannes (« furannes ») et les polychloro-dibenzodioxines (« dioxines »). Ces produits sont particulièrement stables et se sont, à ce titre, répandus dans l’environnement. Ils sont assimilables par les organismes vivants et peuvent se transmettre dans les chaînes alimentaires. Dans les eaux naturelles, ils sont surtout présents dans la phase particulaire et sont à ce titre en grande partie éliminés par clarification.

Résidus de médicaments

Plusieurs problématiques nouvelles sont apparues au milieu des années 1990 concernant la qualité des milieux aquatiques ; on citera en particulier la présence à l’état de trace de certaines familles de « médicaments ». Il s’agit des résidus de médicaments, comme les hormones synthétiques des pilules contra­ceptives, ou de leurs produits de dégradation.